Tweet bandeau
   Accueil > Actualités et contacts des collectifs > Ile de France > Actions aux ASSÉDIC : seule la lutte collective paye !

Actions aux ASSÉDIC : seule la lutte collective paye !

Ile de France

dimanche 17 avril 2005, par le réseau d’AC !


Depuis quelques mois, les antennes ASSÉDIC pratiquent
allégremment l’abus de pouvoir et l’interprétation des
textes. Pire, on obtient fréquemment des discours et
résultats très différents dans la même antenne, selon
l’agent àqui on s’adresse.

Il faut dire que tout est fait pour favoriser cette
pratique puisque l’application de la réglementation,
autrefois encadrée par des circulaires et directives,
est maintenant souvent laissée àl’appréciation de
l’agent ASSÉDIC. De plus cette réglementation change
très souvent et les agents n’ont pas l’information en
temps réel, loin s’en faut.

Excédés par ces pratiques et par la morgue avec
laquelle sont traités les chômeurs, les collectifs
parisiens Paris Air Libre et Paris 10-11-12, ont mené
deux actions dans deux antennes parisiennes.

Les deux ont porté leurs fruits, puisque les deux
personnes qui nous avaient sollicités ont eu gain de
cause. Et dans les deux cas, alors que le personnel de
l’ASSÉDIC faisait tout pour monter les personnes
présentes contre nous, ces personnes nous ont, au
contraire, soutenus.

La première personne, une créatrice d’entreprise, se
faisait régulièrement jeter par l’Assedic et n’était
plus payée alors qu’elle n’avait pas épuisé ses
droits.

L’agent qui nous a reçus nous a indiqué que cette
personne n’avait pas eu de chance car « 90 % des cas de
créateurs d’entreprise  » sont traités
semi-automatiquement (sans que l’allocataire ait
quoique ce soit àfaire àpart actualiser sa
situation) et la pauvre était tombée dans les 10%
d’anomalies.
Quand on a demandé les circulaires relatives aux
calculs de régularisation annuelle pour les créateurs,
la personne de l’ASSÉDIC a répondu un peu gênée, qu’il
n’y en avait pas, ce que d’autres agents ont confirmé.
Nous avons ainsi obtenu plusieurs échos très
différents sur les modalités de calcul, selon la
personne àqui on s’adressait. La différence selon le
mode de calcul retenu, constituant une somme non
négligeable pour le chomeur.

La deuxième personne était un « recalculé  », àqui on
avait ouvert de nouveaux droits suite àune
réinscription, sans tenir compte des anciens droits
issus du recalcul, tout ça parce que, alors que cette
personne était en CDI depuis 3 mois, l’ASSÉDIC a
enregistré dans ses fichiers une réinscripion, qui,
comme l’a dit le responsable de l’antenne « a foutu la
merde  ». Le dit responsable a été plus ennuyé pour
expliquer par quelle lubie invraisemblable un salarié
en CDI viendrait tout àcoup s’inscrire...
Nous avons donc eu gain de cause et la personne a
ainsi retrouvé un capital plus favorable.

Lors de cette visite, une dame est venue vers nous,
car elle s’était inscrite depuis plusiers semaines,
n’avait reçu aucune notification de l’ASSÉDIC, et
lorsqu’elle venait s’informer, on lui disait que son
dossier faisait l’objet de contrôles. Nous avons ainsi
appris, que l’ASSÉDIC pratique « des contrôles
aléatoires  » consistant àretenir les dossiers
plusieurs MOIS, sans aucune explication envers le
demandeur. Quand nous avons demandé sur quel point de
la réglementation l’ASSÉDIC s’appuie pour effectuer
ses contrôles, le responsable nous a dit que ça
n’était pas inscrit dans la réglementation, mais que
l’ASSÉDIC était libre de faire ce qu’elle veut.
Sous notre pression il a appelé le service responsable
en demandant de débloquer ce dossier de toute urgence,
ce en précisant bien que sans son intervention, la
personne aurait attendu plusieurs mois. Normal !!

Petite observation amusante, les antennes doivent
avoir pour consigne d’appeler la direction quand nous
déboulons, car àchaque fois que nous menons une
actions, nopus croisons « par hasard  » M. Alami,
responsable de la réglementation àl’ASSÉDIC de Paris
qui arrive, nous regarde sous le nez et nous salue (de
plus en plus fraichement).

Ces exemples montrent que les actions permettent de
faire avancer très significativement les choses, et
permettent de faire savoir aux très nombreuses
personnes qui attendent des heures dans les antennes
ASSÉDIC, qu’elles peuvent se défendre et qu’on peut
les soutenir. Et elles montrent aux responsables
d’antennes ASSÉDIC qui se croient tout permis et
parlent aux chômeurs comme àdes chiens, que ça
commence àsuffire.

- AC ! Paris Air Libre

  • permanence : tous les mercredis après-midis rue Mathis - Paris 19e
  • tél. : 01.40.09.27.49
    - AC ! Paris 10-11-12
  • permanence : tous les lundis après-midis dans le 10e ardt.
  • tél. : 06.65.76.79.67

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut