Tweet bandeau
   Accueil > Actualités et contacts des collectifs > Lunéville et Nancy > Non à l’Europe du chômage, de la précarité et de la misère

Non àl’Europe du chômage, de la précarité et de la misère

Lunéville et Nancy

lundi 18 avril 2005, par AC ! Lunéville et Nancy


Depuis le début de la construction européenne, les grands groupes patronaux et financiers dictent leurs volontés àceux qui nous gouvernent. Leur objectif est de tout transformer en marchandises et de tout soumettre àce qu’ils appellent « les lois du marché et les règles de la concurrence  ». Ils ont déjàfait ratifier plusieurs traités par les peuples d’Europe, en promettant qu’ils apporteraient la paix et le progrès social.

En fait de paix et de progrès social, nous avons eu la guerre économique, les faillites, les restructurations, les délocalisations, le chômage de masse, le travail précaire, la casse des droits sociaux et des services publics, et l’appauvrissement du plus grand nombre... mais les actionnaires ont empoché de plus gros bénéfices. C’était bien làle but de l’opération !

Avec le Traité constitutionnel de Giscard, ils veulent nous refaire le même coup. La même escroquerie, mais en plus grave encore : la concurrence de tous contre tous devient la règle absolue, rien ne pourra y échapper, et cela définitivement, car un seul des 25 états pourra bloquer toute tentative de révision.

Bien sà»r, les parties I et II proclament comme d’habitude les grands principes : dignité humaine, liberté, égalité, solidarité, démocratie, progrès social.. Mais la partie III dit tout le contraire : les législations du travail devront être modifiées pour encore faciliter les licenciements, multiplier les contrats précaires et allonger le temps de
travail. La Charte des droits fondamentaux « oublie  » les droits àl’emploi, aux allocations de chômage, àun revenu minimum et àune pension de retraite.

Le baron Seillière, nouveau président du syndicat des patrons européens, les frères Sarko et la gauche caviar peuvent être satisfaits : les actionnaires pourront continuer àdétourner une part toujours plus importante des richesses, et celles et ceux qui les produisent seront
condamnés àaccepter n’importe quel emploi, n’importe où, pour n’imorte quel salaire, et àêtre jetés comme des kleenex lorsque la loi capitaliste du profit l’exigera.

Et il faudrait encore leur dire merci en votant « oui  » le 29 mai ? Encore se laisser avoir par leur propagande dans la presse et àla télé, non mais ça va pas la tête ?!

NOUS VOTERONS NON À CE TRAITÉ QUI INSTITUTIONNALISE LE CHÔMAGE, LA PRÉCARITÉ ET LA PAUVRETÉ.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut