Tweet bandeau
   Accueil > Actualités et contacts des collectifs > Nantes > Alerte ! Négociation Unédic et réforme des minima sociaux

Alerte ! Négociation Unédic et réforme des minima sociaux

vendredi 4 novembre 2005

La négociation pour la nouvelle convention d’assurance chômage commence mardi 8 novembre prochain.
Le mercredi 9 novembre, le ministre Borloo va présenter une réforme des minima sociaux (RMI, ASS, API...)


La négociation pour la nouvelle convention d’assurance chômage commence mardi 8 novembre prochain.

Encore une fois, pour résoudre le déficit qu’elle a elle-même créé, l’Unédic va broyer du chômeur-e- : rétablissement de la dégressivité des allocations, durcissement des conditions d’indemnisation.

Ainsi font-ils baisser les chiffres du chômage : 350 000 radiations depuis janvier 2005. Les négociations Unedic jouent également sur le Code du travail.

Le déficit est une arme politique destinée àêtre remise en jeu chaque fois que nécessaire, et qui légitime des mesures au détriment des salariés (stagnation des salaires, Contrat Nouvelle Embauche, étouffement des luttes sociales...)

« Au travail, les pauvres !  »

Le mercredi 9 novembre, le ministre Borloo va présenter une réforme des minima sociaux (RMI, ASS, API...) Le Gouvernement comme les Conseils Généraux dans les départements n’ont qu’une idée en tête : réduire toutes les formes de revenu et nous contraindre àaccepter des boulots non choisis et sous-payés. En cas de refus, plus de revenu...

L’emploi précaire explose : la France compte plus de 10 millions de précaires : plus de 1,5 millions de travailleur-e-s pauvres, qui vivent avec moins de 557 euros par mois ; près de trois SDF sur dix ont un emploi...

Le ou la sans-emploi doit être immobilisé-e par la quête d’une future servitude et par les services « a-sociaux  ». Il ou elle ne doit surtout pas pouvoir voyager, bouger, expérimenter...

Quand aux patrons du Medef, il peuvent se réjouir d’avoir de la main-d’Å“uvre quasi-gratuite et voir leurs « charges  » de plus en plus réduites : 25 milliards d’euros par an d’exonérations de cotisations patronales et de subventions (emplois aidés, etc.)

Résister est indispensable, gagner c’est possible !

Rappelez-vous la mobilisation en 2004 pour les « recalculé-e-s  »...

Un chômeur-e tout seul-e : pas facile de se faire entendre. Des chômeur-e-s organisé-e-s : làon commence àêtre efficace.

Qu’il s’agisse d’un cas individuel ou de revendications collectives, rien de tel que d’être nombreux.

Rejoignez-nous : ensemble nous pouvons les faire reculer !

— Abrogation des lois et décrets organisant le travail obligatoire, le contrôle et la sanction des chômeurs
— Libre choix de son travail et de sa formation
— Avec ou sans emploi, la garantie, au minimum, du Smic mensuel pour toutes et tous
— Pour l’accès de toutes et tous aux droits fondamentaux (revenu, transport, logement, santé, culture, accès aux fluides, aux communications, etc.)

Avec ou sans emploi, avec ou sans papiers, un revenu c’est un dà» !

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut