Tweet bandeau
   Accueil > Actualités sociales > MONSIEUR CHARPY , VOUS ETES VIRE ( SUD ANPE )

MONSIEUR CHARPY , VOUS ETES VIRE ( SUD ANPE )

mercredi 19 avril 2006, par Dominique


MONSIEUR CHARPY, Vous êtes viré ! ( SUD ANPE )

Monsieur Charpy, vous êtes viré !

Paris, le 7 avril 2006 CHARPY, UN AN ÇA SUFFIT !

Monsieur Christian CHARPY,

Nous sommes au regret de vous annoncer que suite ànotre entretien du jeudi 30 mars dernier, nous ne renouvelons pas votre période d’essai d’un an àla tête de l’ANPE. Nous tenons àvous faire connaître les « causes réelles et sérieuses  » qui justifient votre licenciement. En effet, depuis votre arrivée le 7 avril 2005 au poste de Directeur Général de l’ANPE, vous n’avez cessé de commettre des erreurs manifestes d’appréciation et de nuire gravement aux missions de Service Public de notre Etablissement :

1/ Une des premières décisions importantes que vous avez prise a été de casser GEODE, le joujou informatique de votre prédécesseur. Dans un premier temps, nous nous sommes félicités de cette décision qui semblait très sage tant cet outil tenait de l’Usine àGaz. Et ce malgré des millions d’euros gaspillés depuis des années àsa conception, son développement et sa promotion dans le réseau ANPE. Mais, nous nous sommes rapidement aperçus que votre décision n’était en fait motivée que par la perspective de liquider notre indépendance logistique au profit des seuls intérêts financiers des Assedic, agences d’Intérim et autres intervenants de droit privé sur le Marché (bradé) du Travail. Votre intention réelle est de permettre un accès libre aux données confidentielles contenues dans les dossiers informatiques des demandeurs d’emploi au travers du Dossier Unique (DUDE). Ce nouveau dispositif informatique autorisant la « libre circulation non faussée  » de ces données ne serait plus sous le contrôle du Service Public de l’Emploi. Vous prévoyez aussi de restreindre les moyens et les interventions des techniciens informatiques ANPE (CISI) au profit de sous traitants privés. Il s’agit d’une faute grave intentionnelle de votre part.

2/ Depuis votre arrivée àl’ANPE, vous n’avez cessé de multiplier les déclarations et les actions visant àsoutenir les mesures gouvernementales contre l’Emploi, voire àen rajouter. Ainsi, àplusieurs reprises, vous avez déclaré que les diverses mesures et contrats aidés (depuis les Contrats d’Avenir jusqu’àFeu le CPE !) étaient de bonnes mesures qui « créaient de l’emploi  » et permettaient de « lutter contre le chômage  ». Alors que n’importe lequel de vos conseillers sait évidemment qu’il ne s’agit au mieux que de changer l’ordre dans la file d’attente devant les rares emplois créés et quasi systématiquement de généraliser la pauvreté et la précarité. L’été dernier vous avez été jusqu’àprendre l’engagement auprès de vos amis du gouvernement de faire recevoir par vos agents plus de 57 000 jeunes et des dizaines de milliers de bénéficiaires de l’ASS durant la période estivale alors que nous n’avions aucune solution sérieuse et durable àleur proposer en terme d’emploi ou de formation. Vous avez enchaîné au début de l’hiver 2005, en proposant au premier Ministre de mettre en place le Suivi Mensuel (dit « personnalisé  » !) en sachant pertinemment que ce « suivi  » ne pourrait que consister àgénéraliser des pratiques de contrôles et de sanctions accentués àl’égard des demandeurs d’emploi dans un contexte économique de raréfaction des offres d’emploi et de formation de qualité. Le saupoudrage de créations de postes àl’ANPE que vous avez négocié ne masque en rien vos intentions réelles de transformer les conseillers en simples agents de contrôle de la docilité et de la servilité des demandeurs d’emploi vis àvis de leurs futurs employeurs. Il s’agit de votre part d’une vision idéologique libérale des rapports économiques et sociaux qui est totalement contradictoire avec les valeurs et missions de Service Public de notre Etablissement. De plus votre obstination àrefuser de rencontrer les représentants des Organisations de Chômeurs qui cherchent àvous contacter, est bien la preuve de votre mépris àl’égard des demandeurs d’emploi qu’ils défendent et représentent.

3/ Votre dernière erreur d’appréciation ou plutôt manifestation de vos arrières pensées politiques est bien légère au regard de celles que nous venons d’énumérer. Il s’agit de votre décision de ne pas reconnaître notre Organisation Syndicale représentative du personnel de l’ANPE. Il est vrai que, visiblement, nous ne partageons pas « les mêmes valeurs  » ! Néanmoins, vous étiez tenu pour cette décision de prendre en compte un certain nombre de paramètres objectifs énoncés dans le Code du Travail : notre ancienneté àl’ANPE (près de 10 ans !), notre audience électorale (en moyenne de + de 10% dans les 7 régions où nous avons pu présenter des listes ADASA !), nos implantations (dans 15 régions sur 22), notre indépendance (tant financière que vis àvis de la direction !) et notre activité militante. Vous auriez aussi dà» intégrer àvotre appréciation la présence et le militantisme de nombreux syndicats de Solidaires reconnus représentatifs depuis de nombreuses années.... Mais làaussi vous avez fait le choix de privilégier une décision politique : celle de nous refuser les moyens de fonctionner normalement et de nous développer.

Pour toutes ces raisons, erreurs d’appréciation, décisions contraires aux intérêts et missions de notre Etablissement Public, fautes graves... nous vous confirmons que nous vous demandons de cesser immédiatement vos fonctions de Directeur Général àl’ANPE. Dans le cas contraire, vous nous trouverez toujours sur votre chemin comme des adversaires résolus.

Veuillez recevoir, Monsieur Christian CHARPY, nos salutations syndicales.

PS : Vous comprendrez que nous ne vous inviterons pas àfêter nos dix ans de présence et d’actions àl’ANPE en décembre prochain !

SUD ANPE


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut