Tweet bandeau
   Accueil > Actualités sociales > Les révoltées de l’ANPE > Dominique à l’école de l’ANPE

Dominique àl’école de l’ANPE

mercredi 10 mai 2006, par Dominique


A chaque époque sa tendance, et cette année, faites-nous confiance, la formation des nouveaux agents Anpe vous garantit la tendance "EXTREME". Salivons...

AVANT PROPOS

Tout agent nouvellement recruté àl’Anpe passe par un dispositif de formation initiale étalé sur 6 mois. Il s’agit d’un processus d’acquisition des compétences amenant àla pratique du métier de Conseiller.

Depuis le 1er février 2006 une profonde refonte du cycle de formation a raccourci les périodes d’apprentissage théorique à6 semaines. Sous le label « alternance intégrative  », la formation des agents s’effectue avant tout sur le terrain : trois semaines de Travaux pratiques (cherchez le cobaye ...) et une semaine de "généralisation" (...mein Guénéral).

Voici un court récit du cursus initiatique que l’écolier Anpe peut suivre afin d’être prêt àrecevoir le client d’une façon si méritoire.

COURS PRIMAIRE NUMÉRO 1

Au cours primaire numéro 1, on vous apprend àdire Azla sans éternuer. Mieux vaut dire Azla qu’Animation d’une zone de libre accès, c’est plus rentable en gestion de temps. En fait, l’Azla, c’est la personne qui vous « accueille  ». Donc, pendant cette session Azla (je m’entraîne) on vous donne des billes pour « gérer les flux  », c’est-à-dire les va-et-vient des gens qui ne travaillent pas ... eux.

L’étape n°1 consiste d’abord àmaîtriser son environnement : borne accueil, photocopieuse sous contrôle Å“il droit, bornes informatiques, cabine téléphonique sous contrôle Å“il gauche, listes des convocs premier entretien/suivi mensuel, etc.

L’étape n°2, le cÅ“ur de l’action, revient àjouer àl’agent de circulation sans en avoir l’air, et sans sifflet surtout (pour les matraques demander la mutation en Zus). On vous parle alors de régulation, « d’estimation du temps d’attente et temps d’entretien avec le client  » : comment faire avaler au client qu’il va devoir revenir ou attendre encore, comment lui fourguer des dépliants périmés pour qu’il parte avec une plus value (indice de satisfaction), ou « reformuler  » bêtement ce qu’il vient de dire pour montrer qu’on a bien compris (vous savez le « je vous ai compris  »...).

Je rassure, on vous enseigne également d’autres notions comme la gestion des conflits (sans la matraque, bouh), les problèmes d’alcoolisme, d’illettrisme, de racisme, de radiations... Hé, que du bonheur les sans-boulots !

Donc dans cette première semaine vide d’intérêt et remplie de désintérêt pour qui vous savez, l’impasse criante a été faite sur feu le service public de l’emploi. Et après ultime interpellation d’un cancre àce sujet, une ancienne « dale  » (directrice d’agence locale pour l’emploi) a tout de même précisé que les Assédic étaient partie intégrante du service public pour l’emploi. Ah bon M’dame...

Après toute cette semaine de « petite  » école, les stagiaires abreuvés du nectar Anpe s’en sont donc repartis pour la phase « intégration  » auprès de vrais demandeurs, euh ... clients, et se sont préparés àpasser en cours primaire numéro 2 : l’offre d’emploi.

COURS PRIMAIRE NUMÉRO 2

Au cours primaire numéro 2, que je vous garantis aussi captivant que le numéro 1, le thème était « assurer la recherche de candidatures sur offre  ». Le rigolo qui dit chercher l’offre d’abord refait la session une seconde fois (je la ferme).

L’objectif est toujours de satisfaire le client. Qui qu’a dit qu’àl’Anpe on faisait pas de not’ mieux pour construire un monde heureux et SATISFAIT, hein.

Bon, le CLIENT ici c’est l’entreprise... petite différence de ton et d’ôffre de service Mônseigneur. Làon peut vous présenter toute une batterie de propositions : mesures (CNE toujours !), prestations (EMT = stage gratos), MRS = méthode de recrutement par simulation gratuite (merci deniers publics), plateforme de vocation (kif-kif MRS), CRP (cellule de reclassement pour les entreprises qui licencient), contrats de services et blablabla.

N’ayez crainte dans le monde merveilleux Anpe, on a mille et un moyens àmobiliser pour ... SATISFAIRE.

Dans ce cours de primitifs, on vous explique comment on remplit les bonnes cases informatiques, comment on va voir un employeur avec une mallette de CV qu’on va bien sà»r fourguer : toutes les secrétaires bilingues en serveuse (recyclage des talons aiguilles), et tous les informaticiens et webmasters en maçons (chaque brique est une étape dans sa vie, non ?). Qui plus est, payé au Smic (on reste réglo àl’Anpe), sà»r, on va revenir avec des offres plein l’panier (vous savez comme àPâques : le malin trouve toujours bien).

En ce cours primaire numéro 2, la dégénérescence est entamée, l’évolution de l’agent ne passera pas par l’intelligence, et ma patience ne passera plus beaucoup d’étapes.

Je récapitule quand même : pour ne pas le nommer, si celui qui ne trouve pas de boulot ne trouve pas de boulot ... c’est certainement pas de la faute du bon conseiller Anpe qui se défonce àrédiger des annonces de qualité en mettant « CDD  », « CI-RMA  », « Civis  », « intérim  » dans la bonne case, et qui fait tout pour satisfaire le client àSATISFAIRE. Donc, moi je veux pas dire hein, mais c’est comme les Å“ufs de Pâques, celui qui cherche ... ou alors peut-être que s’il est pas croyant il peut pas trouver ... ah j’avais pas pensé tiens ...

J’oubliais, le terme récurrent àplacer 5 fois par jour par le formateur était « PLACEMENT  ». Donc excusez votre conseiller s’il vous dit que vous avez fait un bon placement quand vous lui dites avoir candidaté sur une offre, ou même au lieu « d’asseyez-vous  », faut que les actes manqués sortent parfois.

Phase intégrative : retour en agence 3 semaines pour se construire un vécu expérientiel de manière àpouvoir conceptualiser conformément àl’approche inductive des pratiques pédagogiques. Ça c’est de l’ingénierie de formation ... poésie de vie quand tu nous tiens...

COURS PRIMO-DÉPRIMANT NUMÉRO 3

Cours primo-déprimant numéro 3 : « gérer et activer un portefeuille de demandeurs d’emploi  ». Et pas d’égarement, ce n’est pas du style comment construire une relation de travail ou comment réaliser un entretien avec un demandeur d’emploi. Niet. Celui qu’a toujours pas compris la politique de l’établissement, pardon, feu-l’établissement, c’est un attardé (aahh, merci !).

Ici, pas de salamalec (littéralement « paix sur toi  » disait l’attardé), pas de perte de temps, on met en place des plans d’actions par groupe de DE avec des objectifs généraux. On vous « critérise  », c’est àdire qu’on fait des petits paquets : celui qui l’est pas assez beau pour jouer au vendeur, celui qui l’est trop vieux, trop brun, trop gris, trop con (oups !) ... Et dans la famille étalon Anpe-UMP qui qu’aurait le beau, fort, intelligent, expérimenté maçon et smicard ??? ... pioche. On va en passer du temps àjouer aux ptit’s paquets. Et àchaque paquet (j’aurais pu dire « tas  » remarquez), on va donc fixer un objectif général et un temps imparti pour l’atteindre. C’est le petit conseiller qui va fabriquer tout ça avec tout le temps qu’il vous donnera pas, tous les méninges qu’il n’a plus et tous les nerfs qu’il aura usés pour « construire  » cet abracadabrandesque plan d’activation. Alors si en plus de ça son tas de DE suit pas... je vous raconte pas !!! (Oh oui les matraques, SM* que j’aime......).

Enfin, entre-nous y’a pire, car certains vont devoir se coltiner le même conseiller Anpe et Assedic tous les 15 jours, parce que oh surprise, y’a combine de combinaison, et si ça c’est pas du harcèlement !

Bon pour en revenir au parcours du pauvre petit écolier Anpe, et terminer sur un sujet grave, on va lui apprendre àson cours primaire numéro 3, àquestionner sur la situation personnelle du DE, c’est àdire : chômage de longue durée, récurrence, âge, handicap, santé, discriminations « raciale  », écrit texto dans les notes. Et croyez-vous que ça en ait interpellé plus d’un ??? Aucun, sauf l’attardé de service. « Critère  », « race  », « numéro  » ... ça vous rappelle rien vous ?

Voilàcomment en trois semaines de formation, l’exploit Anpe est d’arriver àformater un agent, en lui balançant des stupidités pendant deux mois, en le comprimant et le pressant dans l’espace temps, et en lui faisant avaler critériser en ce lieu et place de crétin qu’on a tous.

Et ouais.

(*SM : suivi mensuel, àboire aussi avec modération)


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut