Tweet bandeau
   Accueil > La UNE > Un chômeur "Tasé" > Ressources, analyses et critiques > État de nécessité nié

État de nécessité nié

en janvier 2002

lundi 21 janvier 2002, par le réseau d’AC !


source : le Progrès de Lyon du 9 janvier 2002

Cour d’appel de Lyon : pas de cadeau pour la « voleuse de Noë l  »

Dispensée de peine en première instance, Agnès a été condamnée, hier, àsix mois de prison avec sursis pour avoir volé des jouets àla veille de Noë l. L’aboutissement d’un extravagant épisode, médiatisé àsouhait, et pas très glorieux pour une justice qui s’est pris les pieds dans les pièges de la politisation.

« Tout çàpour çà » lâchait un avocat, hier, dans la salle des pas perdus de la Cour d’appel de Lyon. Agnès, devenue la "voleuse de Noë l" pour l’ensemble des médias nationaux, venait d’être condamnée àsix mois de prison avec sursis pour avoir tenté de dérober pour 610 euros (4 000 francs) de jouets et de provisions dans un hypermarché de la région lyonnaise àla veille du Noë l de l’An 2000. En première instance, la jeune femme, âgée de 25 ans et qui, avec son compagnon et leur sept enfants loge dans une caravane àRillieux-la-Pape, au nord de Lyon, avait été reconnue coupable de vol mais dispensée de peine au regard de sa situation matérielle. Entre les deux décisions, une forme d’hystérie médiatico-politico-judiciaire s’est développée. Devant le tribunal, le procureur Albert Lévy avait requis l’application de l’état de nécessité, un article du code pénal rarement utilisé, et demandé la relaxe. Dès le lendemain, le procureur de la république Christian Hassenfratz faisait appel du jugement, indiquant que la justice ne pouvait banaliser ce genre d’actes. La machine s’emballait...

(...)

YVES ALÈGRE - Le Progrès de Lyon du 9 janvier 2002


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut