Tweet bandeau
   Accueil > Actualités sociales > Bâtir une "station météo" de l’emploi et de l’activité

Bâtir une "station météo" de l’emploi et de l’activité

Patrick SALMON est l’auteur de "Chômage, le FIASCO des politiques"

lundi 27 novembre 2006


Source :
http://www.agoravox.fr/article.php3?id_article=16012

Patrick Salmon
Ancien directeur d’une agence locale pour l’emploi, Patrick Salmon est syndicaliste àl’ANPE. Il est l’auteur de "Chômage, le FIASCO des politiques" paru aux éditions Balland.

Bâtir une "station météo" de l’emploi et de l’activité
« Le chômage baisse »... Cet axiome gouvernemental, en plus d’être asséné et répété, est régulièrement mis en scène. Cet axiome mérite décryptage. La baisse du chômage n’est réelle sur le plan statistique que depuis février 2006 et elle doit peu àla politique du pouvoir en place. L’essentiel est dans une démographie favorable àcette baisse et dans la multiplication des artifices conduisant àsortir les chômeurs des listes officielles. A défaut d’agir massivement sur le niveau de chômage réel, l’actuel gouvernement instrumentalise àdes fins électorales une baisse, fabriquée pour l’essentiel, du nombre des chômeurs.

Comment être bientôt en dessous des 2 millions de chômeurs officiels alors que le nombre d’allocataires de minima sociaux ne cesse de croître ? En France, plus de 3 millions de personnes sont allocataires d’un minimum social. Avec les ayant-droits, conjoints et enfants, c’est un peu plus de six millions de personnes qui vivent d’un minimum social. Ces chiffres ne sont pas communiqués ni commentés chaque mois. Il en est de même pour les situations de sous-emploi. Les personnes travaillant moins qu’elles ne le souhaitent sont aujourd’hui plus de 1,2 millions. Ce sous-emploi explique la croissance massive du nombre des « travailleurs pauvres  ». Cette réalité làn’apparaît aucunement àtravers l’indicateur médiatisé des statistiques du chômage. Un indicateur dont la pertinence est aujourd’hui en débat.

Les demandeurs d’emploi inscrits àl’ANPE sont classés dans différentes catégories en fonction de la nature de l’emploi qu’ils recherchent et de leur disponibilité. Il existe ainsi huit catégories de demandeurs d’emploi. Les statistiques officielles publiées chaque fin de mois privilégient les demandeurs d’emploi de catégorie 1, c’est-à-dire ceux qui recherchent un emploi àtemps plein en contrat àdurée indéterminée et qui n’ont pas travaillé plus de 78 heures au cours du mois. De plus, ce nombre est « corrigé des variations saisonnières  », c’est-à-dire qu’il est modifié afin de réduire les effets de variations parfois fortes, mais revenant chaque année. En définitive, le nombre mensuel de demandeurs d’emploi livré en pâture aux médias est un nombre bien épuré !

Un nombre épuré qui doit être en baisse... C’est la priorité des pouvoirs successifs. Depuis déjàplusieurs décennies, la publication et la médiatisation de ce chiffre influent considérablement sur les politiques de l’emploi. Cet indicateur, pourtant extrêmement réducteur d’une réalité particulièrement complexe, est devenu l’alpha et l’oméga des hommes politiques. Un indicateur sacro-saint qui déclenche des actions politiques conjoncturelles visant la baisse statistique immédiate du chômage alors qu’on est en droit d’attendre de véritables politiques structurelles. Les techniques du camouflage statistique pour sortir les chômeurs de la catégorie 1 sont nombreuses. Revue de détails qui est loin d’être exhaustive.

Les emplois aidés

Le nombre des emplois aidés par l’Etat est aujourd’hui considérable et en augmentation : 212 000 CIVIS (Contrat d’Insertion dans la vie active), 47 000 contrats d’avenir, 166 000 contrats d’accompagnement dans l’emploi... Ces contrats sont trop précaires et trop subventionnés pour être durables ; ils alimentent le chômage caché.

Le Suivi mensuel des demandeurs d’emploi

Depuis le 1er janvier 2006, quatre mois après son premier entretien à
l’ANPE, le chômeur entre dans le processus de suivi mensuel. En
multipliant les fréquences et les opportunités d’accès àl’information
sur les emplois disponibles, ce dispositif permet àdes personnes
immédiatement employables de retrouver rapidement un emploi. Le suivi
mensuel permet aussi de sortir des statistiques une partie des autres
chômeurs. En effet, la mensualisation du suivi entraîne une explosion
mécanique des convocations, d’où découle une explosion, elle aussi
mécanique, des absences àconvocations. Les sorties de la liste des
demandeurs d’emploi sont alors plus nombreuses. De plus, le dispositif
peut conduire àla culpabilisation et au découragement de nombreux
chômeurs qui, face àleur incapacité àtrouver du travail, et fatigués
d’être convoqués inutilement, cessent leur recherche et disparaissent
des listes de l’ANPE.

Le contrôle de la recherche d’emploi

La réforme du contrôle de la recherche d’emploi intervenue àtravers le
décret du 2 aoà»t 2005 conduit àmultiplier les exclusions temporaires de
l’assurance chômage. Chaque mois, près de 1700 chômeurs voient leur
allocation réduite ou supprimée et ils disparaissent, au moins
momentanément, des statistiques officielles.

La mauvaise indemnisation des chômeurs

Seulement environ la moitié des chômeurs sont indemnisés par le système de l’assurance chômage (les ASSEDIC). Dans ce contexte, certains chômeurs ne maintiennent pas leur inscription àl’ASSEDIC et àl’ANPE. Et ils ne sont donc plus comptabilisés comme chômeurs !

La sempiternelle polémique sur le nombre de chômeurs affiché le confirme : la statistique mensuelle du chômage a désormais perdu toute crédibilité. Les indicateurs permettant de véritables analyses sur l’activité, les emplois et le chômage existent. La vraie question devient donc : quels sont les indicateurs àmédiatiser pour utilement éclairer les débats sur le chômage et son évolution ?

L’idée d’abord défendue ici est de médiatiser prioritairement le solde net des créations ou des disparitions d’emplois. C’est làun intéressant critère pour rendre compte de l’activité d’un pays.

Ensuite, en ce qui concerne le nombre de chômeurs, il semble pertinent d’afficher largement le nombre d’actifs qui ne travaillent pas du tout, ou pas autant qu’ils le souhaiteraient. Cela reviendrait àadditionner les huit catégories de chômeurs existant aujourd’hui en y ajoutant les demandeurs d’emploi des DOM et les dispensés de la recherche d’emploi[1]. On aurait enfin un chiffre non épuré qui permettrait de connaître le nombre réel de chercheurs d’emploi.

Enfin, puisque des personnes privées d’emplois ne sont pas inscrites àl’ANPE, il est important d’avoir des données sur l’importance de la pauvreté et de savoir combien de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Cet indicateur est d’autant plus essentiel que le nombre de jeunes actifs pauvres en situation d’emploi ne constitue plus un phénomène marginal.

L’ampleur de l’activité avec ses effets sur le niveau de l’emploi, le nombre de chercheurs d’emploi et le niveau de la pauvreté, tels sont les trois indicateurs àprivilégier. L’objectif n’est en rien de « casser le thermomètre pour cacher ces chômeurs que nous ne saurions voir  » ; il est, au contraire, de bâtir une véritable « station météo  » de l’emploi et de l’activité.

[1] Les demandeurs d’emplois proches de la retraite sont dispensés de recherche d’emploi et ne sont pas comptabilisés comme chômeurs
================================
Celui qui se bat peut perdre,
celui qui ne se bat pas a déjàtout perdu.
================================
À consommer sans modération,
Site national des collectifs :
http://www.agirensemblecontrelechomage.org
Site local :
http://ac.besancon.free.fr
AC ! Besançon
2 rue Victor Hugo - 25000 Besançon
Permanences lundi, mardi jeudi et vendredi de 9 h à12 h.
Tél : 08.73.81.96.42
Fax : 03.81.81.62.25
E-mail : ac.besancon@free.fr
N’oubliez pas notre émission AC !....Tonne
les premiers et troisièmes jeudis de chaque mois
sur RADIO BIP (96.9 FM) de 14 h à15 h
pour décaper l’actualité en général
et celle des chômeurs, précaires et exclus en particulier.
Rediffusion chaque lundi suivant à19 h.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut