Tweet bandeau
   Accueil > La UNE > Remise en cause fondamentale du RMI, de l’API et de la CMU, où comment faire (...)

Remise en cause fondamentale du RMI, de l’API et de la CMU, où comment faire des économies sur les plus vulnérables !!!

lundi 4 février 2008


AC !, APEIS, Collectif National Droits des Femmes, le DAL, le MNCP...

Mardi 5 février 2008

à10h30, au Ministère de la crise du logement
24, rue de la Banque (M° Bourse)

Conférence de presse

(Le son de la conférence)

Remise en cause fondamentale du RMI, de l’API et de la CMU,
où comment faire des économies sur les plus vulnérables !!!

Le Ministère du budget, des comptes publics et de la fonction publique,
a déposé, discrètement, un décret relatif aux modalités d’évaluation
des biens et des éléments de train de vie des personnes éligibles aux
minima sociaux (RMI et API)

Concrètement, dans le cadre d’une évaluation, un barème sera retenu pour définir l’éligibilité des personnes àces allocations sociales. Ce
barème prendra en compte un certain nombre d’éléments (propriétés bâties ou non bâties, moyens de transport, équipements hi-fi, vidéo,
informatique...)

Conséquences attendues : suppression de l’allocation et, par
extension, de la CMU (Couverture Maladie Universelle) pour toutes les
personnes dont le train de vie sera jugé trop confortable !!!

Il est clairement précisé, dans ce décret, que « le droit au RMI est
remis en cause lorsque le montant de l’évaluation est supérieur ou égal
àla moitié du montant annuel du RMI  »

Nous nous insurgeons face àcette démarche inacceptable et inconsidérée au regard des situations de vie des personnes concernées, du chômage de masse persistant et du déficit d’emploi dans un marché du travail plus que morose.

On ne devient pas RMIste par vocation, on le devient faute d’emploi ou
faute de droits ouverts au chômage. Près de 1,2 millions de foyers sont
concernés (+ de 3 millions de personnes, avec les ayants-droit) et
durcir les conditions d’éligibilité àce revenu de survie, c’est, à
nouveau, pénaliser les plus vulnérables.

Quelle cohérence avec ce décret et le Grenelle de l’Insertion qui se
déroule actuellement ? Comment favoriser l’insertion professionnelle
quand l’insertion sociale est rendue impossible ? Comment justifier ces
nouveaux contrôles alors que le droit des affaires serait dépénalisé ?

Nous souhaitons vous exprimer nos vives inquiétudes sur ce recul
historique en matière de protection sociale et vous convions àune
conférence de presse le :

Mardi 5 février 2008

à10h30, au Ministère de la crise du logement

24, rue de la Banque (M° Bourse)

Contacts : Jean-Pierre GUENANTEN : 06 15 12 14 42

Marc MOREAU : 06 68 50 78 67

titre documents joints


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut