Contrôles, sanctions, précarisation : Les syndicats doivent s’opposer !

vendredi 18 avril 2008

>>>>>>>> >>>>

A moins d’avoir un pistolet sur la tempe, quelles raisons pourraient
pousser un syndicaliste àaccepter de discuter de la baisse de 30% des
revenus des salariés, entre leur dernier emploi et le suivant ?

Imaginerait-il des compensations temporaires ? Mais financées par qui ?
Et profitant àqui ?

Bien sur, le silence des négociations lui impose de garder les documents
secrets.

Que nous reste-t-il encore àsacrifier ? quelle protection ? en échange
de quoi ? au nom de quelle sécurité ? Alors qu’ils nous disent que le
système entre ànouveau en crise !

Le sujet serait àl’ordre du jour d’une réunion de travail jeudi 17
avril, réunissant le gouvernement et les organisations patronales et
syndicales dites représentatives.

Soyons sà»r qu’aucune organisation de salarié-es ne se compromettra en
discutant de telles mesures.
Mais tout de même, soyons vigilant-es.

Agir ensemble contre le Chômage !
21 ter rue Voltaire 75011 PARIS


Commentaires

Brèves

25 avril - sur les ondes de FPP

http://hebdo-julialaure.info/spip.php?article139
l’émission l’Hebdo du 21 avril 2018 consacrée à (...)

22 janvier 2011 - COMMUNIQUE DE PRESSE.

COMMUNIQUE DE PRESSE.
Les négociations de la convention UNEDIC commence le lundi 24 avec les (...)