Sur le rassemblement du 6 mars 2004

Avignon
jeudi 4 mars 2004
par  AC ! Avignon

AC ! 84 (agir ensemble contre le chômage et la précarité) s’est crée il y a 10 ans ; sont but est toujours l’abolition du chômage et de la précarité ; mais nos dirigeants politiques et économiques et principalement l’état et le medef, avec la complicité de certain syndicats, en décident autrement, au nom du libéralisme, de la loi des marchés et de la compétitivité ; les besoins des citoyens et les droits élémentaires de ceux-ci sont bafoués, c’est ainsi entre autres, qu’àpartir du 1er janvier 2004, 252 400 à369 800 chômeurs n’auront plus aucun droit àl’assurance chômage ; 13 500 à25 000 fin janvier ; 26600 à39000 fin février ; 25 500 à32 400 fin mars et ainsi de suite ; cela concernera 850 000 personnes àterme.
Les chômeurs qui ont respecté le contrat du PARE imposé par le MÉDEF, la CGPME, l’UPA d’une part et par la CFDT, la CGC, la CFTC d’autre part, sans représentativité des représentants de chômeur , se voit àpartir du 1er janvier avec une rupture de contrat abusive, orchestrée par le trio FILLON, CHÉRÈQUE , SEILLIÈRE.
Cette rupture de contrat abusive va accentuer la précarité et la pauvreté et pour bon nombre, il ne restera que les minimas sociaux, inférieur au seuil de pauvreté(579 €) ou le RMI (417,88 € hors forfait logement) ; et àcondition d’y avoir droit, puisque l’accès est lié aux ressources du foyer ; beaucoup n’auront rien.
C’est la même volonté d’apauvrir et de précariser qui préside àla loi du RMA et c’est toujours le même trio qui a préparé des retaites en baisse, auquelles tous ceux et surtout celles, qui ont connu des périodes de chômage et de précarité n’auront jamais droit.
D’après nos dirigeants la croissance fait défaut aurait-il pensé àun meilleur partage des richesses et du travail , ils préférent stucturer le chômage et les 5 millions de personnes en dessous du seuil de pauvreté ont de plus en plus recours aux resto du cÅ“ur, médecin du monde réouvre des structures en France (ne sommes nous pas la 4ième puissance au monde) ; la situation est pire qu’en 1995 et les mesures prises ne feront qu’accentuer le désastre pour cette France d’en bas ; La France d’en haut qui décide se porte par contre de mieux en mieux.

Devant l’extension du chômage et de la précarité, AC 84 ! :
- refuse l’agravation de l’exclusion et des inégalités
- refuse l’amputation de la durée d’indemnisation des ASSÉDIC au 1er janvier 2004
- refuse les temps partiels imposés et insuffisant pour vivre
- refuse l’instauration du RMA aboutissant àla précarité imposée
- refuse la suppression des emploi jeunes
- refuse les fermetures d’usine entrainant de nombreux licenciement

AC ! 84 demande instament :
- la revalorisation des minimas sociaux
- la renégociation de l’accord UNÉDIC du 20 décembre 2002
- l’arrêt de la loi RMA
- l’obtention de nouveaux droits, entres autres : l’extension d’un revenu pour les jeunes de moins de 25 ans
- Attribution d’un revenu décent pour vivre (égal au SMIC) pour tous les chômeurs et précaires
- Faire de la réelle formation gratuite pour tous les chômeurs et précaires qui le désirent


Documents joints

Le tract du mars

Commentaires