Appel pour le procès des 62 antipubs

désobéissance civile et action non-violente
vendredi 5 mars 2004
par  le réseau d’AC !

Dans un cadre de désobéissance civile et d’action non-violente, assumée et joyeuse, des centaines de personnes ont répondu spontanément àun appel qui plaidait pour une réappropriation d’espaces, pour un droit de réponse citoyen, pour une lutte contre la privatisation des espaces publics qu’est la publicité d’affichage et dans les transports, pour l’obtention d’espaces non-marchands libres d’accès pour tous et par tous (pour de l’art, de la poésie, de la philosophie, de l’expression libre, de l’information associative et locale, etc...).

62 personnes arbitrairement choisies ont été assignées par la RATP et Métrobus (la régie publicitaire du métro parisien, filiale de Publicis) qui leur réclame 1 000 000 d’euros (!) au civil. Cette somme correspond
au préjudice que Métrobus et la RATP prétendent avoir subi suite aux actions, relayées par le site Stopub et quelques médias, qui ont eu lieu depuis octobre 2003.

- Le procès aura lieu le 10 mars 2004, au Tribunal de Grande Instance de Paris en première chambre.

Aujourd’hui, Métrobus et la RATP répriment cette expression démocratique légitime en déployant un arsenal juridico-financier. Nous sommes donc obligés de nous organiser pour récolter des fonds, ne serait-ce que pour
payer les avocats (soit environ 20 000 euros).

Aussi, nous lançons un appel, au nom du collectif des 62 et des mouvements antipub, àtous les groupes et artistes qui auraient envie de soutenir cette cause, àtoutes personnes ou organisations prêtes àprendre position publiquement, prêtes àorganiser des débats, et àtoutes celles et tous ceux prêt-e-s àporter la problématique au sein d’organisations politiques, syndicales, associatives, etc...

Tout soutien moral et toute convergence sont bienvenus et toute initiative permettant une solidarité financière également ! ! Il est possible d’envoyer des dons (même de 1 € !) ou chèque àpartir de 3 €) àl’association « Résistance àl’Agression Publicitaire  », qui prête son concours provisoirement le temps qu’un compte soit ouvert (R.A.P. 53 rue J.Moulin. 94300. Vincennes, mention « collectif des 62  »). Nous avons collecté 10 000 € sur 20 000 € pour payer nos frais d’avocats.

Envoyez rapidement vos dons et/ou venez ànos soirées
de soutien
...

Historique

Une vague de désobéissance civile touche Paris depuis octobre 2003 et s’est étendue aux principales villes de France. Un appel public a été relayé sur le site STOPUB et différents médias pour s’attaquer àla publicité (stopub.ouvaton.org dans un premier temps puis www.stopub.tk).

Principe : recouvrir les affiches, faire une croix noire, s’exprimer... La cible est la publicité et uniquement la publicité (le mobilier est épargné et la propreté est de mise).

Carburant de la marchandisation du monde, syndrome de l’AGCS (accord sur la libéralisation des services publics), privatisation de l’espace public, envahissement et intrusion, méthodes malsaines, négation des problèmes environnementaux, pulsions animales exploitées et générées, culte de l’apparence et de l’égoïsme, etc : les griefs sont innombrables... L’« appel au recouvrement publicitaire  » procède d’une
logique interprofessionnelle et de convergence des luttes.

Dans un cadre de non-violence et d’action joyeuse et assumée, des personnes sont venues spontanément de tout horizon : précaires, intermittents, étudiants, antipub, professions de la fonction publique, notamment menacées par les privatisations àvenir et les réductions
budgétaires drastiques, ou encore des citoyens concernés tout simplement.

- 17 octobre 2003 : 300 personnes se présentent aux 7 lieux de rendez vous proposés àParis, tandis que Marseille et Bruxelles mobilisent déjàquelques dizaines de personnes. Les publicités 4 x 3 (4 mètres sur trois
mètres) du métro parisien sont « couvertes  » sur la quasi-totalité des lignes. L’opération est un succès pour les trois villes : s’ensuit une large médiatisation. Les publicitaires s’inquiètent et METROBUS, la régie publicitaire de la RATP porte plainte contre X, ce juste avant la seconde action annoncée publiquement comme la première. Elle assigne notamment l’hébergeur OUVATON, et le somme par voie d’intimidation et en dehors de toute procédure de livrer le nom des responsables du site STOPUB, devançant la Loi sur l’Economie Numérique encore en préparation. RÉSISTANCE A L’AGRESSION PUBLICITAIRE, association légaliste, qui avait témoigné de l’initiative de l’action de « STOPUB  » (comme de nombreux médias ont pu le faire), est également interpellée par huissier, mais sera rapidement mise hors de cause de par son positionnement L’hébergeur
coopératif Ouvaton est enjoint lors d’une audience en référé de communiquer les informations disponibles, lui permettant ainsi de rester dans la légalité alors que Métrobus essayait de l’en faire sortir. Métrobus espérait ainsi décapiter le mouvement. Il n’en sera rien.

- 7 novembre 2003 : nouvelle action sur 7 rendez vous : 600 personnes investissent le métro parisien. Plusieurs villes de France continuent d’emboîter le pas : Nantes, Grenoble, Marseille pour les plus remarquées, mais une dizaine de ville a rejoint l’action spontanément. Toujours dans un cadre d’horizontalité, tant d’un point de vue de l’organisation que du relais médiatique, la désobéissance civile suit son chemin. Les médias sont intrigués car il n’y a pas de chef, pas de
porte-parole, pas d’organisation ni d’association, encore moins de centralisation ou de structure pyramidale. Cela n’a rien àvoir avec des commandos non plus, ceux-ci agissant au grand jour et sans violence. En fait chaque participant, responsable de ses actes, peut s’exprimer en son nom propre. L’opinion publique est plutôt sympatisante, étant saturée de l’envahissement et des procédés de la publicité. Celle-ci commence àêtre identifiée comme une problématique, et les médias, partagés sur les méthodes utilisées, commencent néanmoins àprésenter la
publicité comme préoccupation : un débat de société commence ànaître.

- 28 novembre 2003 : 3e action. La préfécture de police mobilise les forces de l’ordre pour protéger les intérêts de Métrobus. Des dizaines de cars de C.R.S et les forces de l’ordre sont massivement présents sur
les 7 lieux de rendez vous parisiens. Près de 1000 personnes viendront... Les premier-e-s arrivé-e-s se font encerclé-e-s. 276 interpellations exactement ont lieu alors que l’action n’est pas commencée. Tous les
commissariats de Paris sont saturés, certains tournent en fourgonnette pendant plusieurs heures. Il n’y a pas de suite (contrôle d’identité, voire déposition) : tout le monde sera relâché sans garde àvue. En France, plus d’un quinzaine de villes ont agi : les plus actives sont
Nantes, Saint Nazaire, Rennes, Rouen, Amiens, Lille, Lyon, Grenoble, Marseille, Pau, Montpellier, Toulouse, Nice...

- 19 décembre 2003 : le rapport de force continue avec Métrobus. Malgré la pression, Paris réussira àfaire l’action en mobilisant 500 personnes pour couvrir de textes et d’art les affiches de 4 mètres sur 3. A ce
stade là, différents groupes autonomes se sont déjàconstitués et agissent en toute indépendance. Les citoyens prennent spontanément des droits de réponse sur ces espaces commerciaux imposés àtous. Un mouvement antipub est né...

- 2e quinzaine de janvier 2004 : Métrobus attaque soixante personnes au « civil  » en faisant valoir un préjudice de 980 000 € et souhaite une condamnation « in solidum.  » Elles sont assignées àla Première Chambre
de Tribunal de Grande Instance de Paris. Utilisant la procédure « rapide  », le procès aura lieu le 10 mars 2004. Les 60 participants présumés sont censés avoir dégradé des affiches, tandis que la personne, dont les
coordonnées ont été transmises par l’hébergeur Ouvaton, aurait mis en ligne le texte d’appel et mis en route le premier site.

Toujours àla recherche de boucs émissaires, espérant débusquer une organisation, Métrobus use de son puissant arsenal juridique et financier. La régie publicitaire s’attaque àdes citoyens isolés qui ont décidé d’agir puisque les recours légaux et d’usage restent invariablement sans suite. Au lieu de remettre en cause son artillerie publicitaire, la régie s’entête, ne mettant en avant que ses éventuels dommages économiques, qui restent àdémontrer. Il est vrai que le marché
de la publicité était déjàeffondré en 2003, et que les usagers du métro tentent autant qu’ils peuvent de faire abstraction du matraquage publicitaire. Aujourd’hui, des centaines de personnes se sont investies, faisant le choix de se mettre délibérément en porte-à-faux avec la
légalité. En essayant de casser mécaniquement ce mouvement spontané et non-violent, la RATP refuse de se recentrer sur son rôle de service public et Métrobus refuse de voir les véritables enjeux démocratiques
que bafoue le système publicitaire.

- A l’occasion du procès des « 62 antipub  » assignés par Métrobus et la RATP, un rassemblement est organisé demain mercredi 10 mars à14 h 30, au Palais de justice de Paris, 4 bd du Palais sur l’Ile de la
Cité, M° Cité. Venez nombreuses et nombreux !

- Plus d’infos sur le web (signature en ligne ou téléchargement de la pétition notamment).


Commentaires

Brèves

24 septembre 2017 - Article sur le Revenu garanti et la sécurité sociale professionnelle

Le n° 14 des Possibles est publié. Soyez vivement remerciés pour votre contribution. Vous (...)