Attaque majeure contre les droits des chômeurs, précaires et futurs chômeurs

mardi 7 juin 2016

Le projet d’accord patronal du 30 mai prévoit une attaque majeure contre les droits des chômeurs et précaires. Ces positions seront peut-être assouplies durant la "négociation" mais l’article 1 pose bien qu’au 1er juillet prochain :

  • ouverture des droits dès six mois d’emploi et non plus quatre ;
  • durée maximale d’indemnisation de 24 mois coupée à 17 ;
  • amputation du montant des allocations et des durées d’indemnisation garantie ;

Nouveautés qui s’appliqueraient aux ouvertures et rechargements de droit et concerneraient donc tous les chômeurs, déjà précaires et futurs chômeurs :

  • Prise en compte du nombre de jours travaillés et non plus l’étendue de la période d’emploi : une semaine en emploi vaudrait 5 jours et non plus 7.
    • Conséquence 1 : pour obtenir quatre mois d’indemnisation il ne faudra plus avoir été sous contrat de travail quatre mois mais avoir travaillé 122 jours soit près de six mois d’emploi !
    • Conséquence 2 : réduction généralisée des durées d’indemnisation par une application stricte de leur principe « 1 jour cotisé = 1 jour indemnisé ».
      Ex : 6 mois d’emploi = 4 mois d’allocations et non plus 6 !
  • La durée maximale d’indemnisation de 2 ans réduite à 17 mois !
  • Le montant mensuel des allocations perçues devrait chuter brutalement, particulièrement pour tous ceux et celles qui n’auraient pas travaillé de façon continue durant les douze dernier mois précédant leur demande.

Le patronat a présenté ce projet de protocole d’accord le 39 juin et devrait subir quelques modifications avant la prochaine (et dernière ?) séance de négociations, le jeudi 16 juin.



Commentaires