Le gouvernement reprend la main sur les négociations Unedic :
« Qu’il la tende aux chômeurs ! »

jeudi 16 juin 2016

La négociation visant à proposer une nouvelle convention d’assurance chômage vient d’échouer. Cet échec, prévisible dans le contexte actuel, est avant tout dû à l’attitude butée jusqu’à la caricature du MEDEF, qui n’a pas hésité à formuler des propositions indignes et à faire de ces négociations un outil de chantage dans le cadre du conflit autour de la loi « travail ».

Les quatre organisations de chômeurs, AC !, APEIS, CGT Chômeurs et MNCP, en appellent maintenant au gouvernement. Puisqu’il revient à l’Etat de fixer les règles de l’indemnisation du chômage à compter du 1er juillet prochain, qu’il le fasse dans l’intérêt des chômeurs, et avec eux !

En amont de la parution du décret fixant les règles de l’assurance chômage à compter du 1er juillet prochain, les organisations de chômeurs sont prêtes à discuter avec le Gouvernement pour porter leurs revendications pour une refonte de l’indemnisation du chômage. Nous appelons donc en tout premier lieu à une convocation en urgence d’une table ronde avec tous les acteurs (Etat, syndicats d’employeurs et de salarié-e-s, et organisations de chômeurs et précaires) pour débattre de tous les aspects et remettre à plat un système à bout de souffle, éclatée et inégalitaire.

Ensuite, et pour préparer une remise à plat qui ne peut se faire dans la précipitation, les quatre organisations de chômeurs posent dès maintenant sur la table 4 mesures d’urgence, à mettre en œuvre immédiatement :

  • Quelle que soit l’issue de la discussion, aucun recul de droits pour les chômeurs
  • Malgré l’échec de la négociation interprofessionnelle, la validation immédiate de l’accord négocié par les organisations représentant les intermittents
  • La revalorisation des allocations chômage au 1er juillet 2016
  • Sur le modèle de l’ancien fonds social des ASSEDIC, la création d’un fonds d’aide d’urgence à Pôle emploi pour les chômeurs en situation d’urgence

Comme toujours, et malgré la mise à l’écart dont elles font souvent l’objet, les quatre organisations de chômeurs sont prêtes au débat. Le gouvernement a souvent tenu un discours où il se disait prêt à travailler avec nous. Il en a aujourd’hui l’occasion unique, qu’il prouve enfin que ces paroles n’étaient pas du vent !

AC  ! - APEIS - MNCP - CGT-Chômeurs



Commentaires