Tweet bandeau
   Accueil > Revendications et droits > Assurance chômage > >>>> Droit à un revenu personnel et décent : "Négociations" et "tractations" (...) > Phase I : La "négociation" des partenaires sociaux > > Mardi 14 mars 2017 > LORACTU : Travailleurs frontaliers attention, vos indemnités chômage risquent (...)

LORACTU : Travailleurs frontaliers attention, vos indemnités chômage risquent de baisser

mercredi 15 mars 2017

Aiguillonnés par la proximité de l’élection présidentielle, les syndicats et le patronat gestionnaires de l’assurance-chômage se sont donnés six semaines, mercredi, pour parvenir à un accord sur une nouvelle convention leur permettant de garder la main. L’assurance chômage des frontaliers coûte 600 millions d’euros à la France, la Comission européenne propose que chaque pays qui accueille ces travailleurs gère l’indemnisation de ces travailleurs.


Voir en ligne : https://loractu.fr/thionville/15545...

.........
600 millions d’euros. C’est ce que coûte l’indemnisation des travailleurs frontaliers. "Les travailleurs frontaliers résidant en France qui perdent leur emploi bénéficient des droits identiques à ceux des personnes ayant exercé leur activité en France", rappelle en effet Pôle emploi sur son site internet. Sur ce point, le patronat suggère notamment la prise en charge des travailleurs frontaliers en partenariat avec les pays d’origine concernés, comme la Suisse.
...........
En parallèle, la Commission européenne propose de faire payer le pays d’accueil pour l’indemnisation chômage. Jusqu’à présent, cela restait à la charge du pays d’origine ce qui pourrait entraîner une baisse des indemnités chômage des travailleurs frontaliers français qui travaillent en Suisse, au Luxembourg, en Allemagne ou encore en Belgique notamment.

Cette idée avancée par l’Union européenne serait une bonne chose pour les comptes français, puisque le budget s’élève à 600 millions d’euros pour la prise en charge de l’assurance chômage des travailleurs frontaliers. Un financement assuré par la France et qui concerne des dizaines de milliers de salariés. Mais cela pourrait être une mauvaise nouvelle pour eux car chaque pays pourrait ensuite décider du niveau d’indemnisation.

Une position commune des pays de l’UE doit être trouvée pour adopter la proposition de la Commission européenne, ce qui n’est pas gagné. Des pays qui accueillent de nombreux travailleurs frontaliers comme le Luxembourg ou la Suisse ont fait part de leur désaccord sur cette proposition de la Commission.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut