Lettre suite covid d’AC ! Gironde à Monsieur Jean Luc Gleyze Prd du CD 33 07 mai 2020 C

Bordeaux, le 07 mai 2020
lundi 11 mai 2020
par  AC ! Gironde

Objet : A propos du jour d’après Covid 19 avec le Conseil Départemental de la Gironde

Monsieur Jean Luc Gleyze, Président du Conseil Départemental de la Gironde,

La pandémie de Covid qui sévit sur le monde depuis le 17 novembre 2019 et qui est responsable de 264 000 morts révèle à tous que les êtres humains sont interdépendants dans un univers fini. La hiérarchisation sociétale telle qu’elle a été imposée n’est donc que l’expression d’un hubris de quelques hommes afin de leur permettre de capter les richesses et d’imposer leur pouvoir sur l’humanité. Le virus remet les pendules à l’heure et fait s’écrouler les trônes d’une civilisation dont les deux symboles principaux révélés sont le paquet de nouilles et le rouleau de papier toilette.

La crise économique, sociale et environnementale, périodique avec rebond et permanente dans ses effets nocifs depuis 1974 dont le virus aujourd’hui sert de prétexte, donne aux financiers, encore une fois comme en 2008, la possibilité de liquider leurs milliards d’actifs toxiques ; 10000 milliards de dollars sont partis en fumée entre janvier et mai 2020. Cette crise montre à merveille les profondes carences des politiques néolibérales ainsi qu’une inégalité de répartition des richesses dont les peuples sont les victimes. Combien en effet sont ceux qui de par le monde sont réduits à la famine !

En France, onze millions de travailleurs sont en chômage partiel, les chiffres du chômage ont augmenté de 7,1% sur le premier trimestre 2020 tandis que toutes les structures caritatives sont saturées de demandes d’aide alimentaire. La faim épidémique se répand dans la sixième puissance économique mondiale plus sûrement que le Covid 19, comme une double peine imposée au peuple. Cette aggravation sociale va impacter gravement notre futur.

Le confinement obligatoire de la population a permis de mettre en oeuvre des solutions dérogatoires au bénéfice des personnes précaire, Sdf ou non, percevant le Rsa ou exclus migrants et sans papiers. Ces dérogations ont été possibles pendant deux mois. La plupart d’entre elles sont des revendications que notre association porte depuis 1994. Elles relèvent toutes d’un humanisme et devraient avoir vocation à être maintenues et généralisées. Le gouvernement ne parle-t-il pas de refondation de ce pays après le jour d’après ? Et bien, commençons avec le Conseil départemental de la Gironde.
Nous demandons le maintien après le 11 mai 2020 de :

- la suspension du fonctionnement de la commission pluridisciplinaire,
- L’arrêt des sanctions,
- l’arrêt des coupures du Rsa,
- le développement en Gironde d’une politique sociale au plus près des territoires
- le maintien en logement des Sdf et leur non remise à la rue,
- le maintien de l’aide aux personnes migrantes et sans papiers,
- l’arrêt des expulsions de squats et de logements.

Il est important que pour le conseil départemental de la Gironde le jour d’après tout change réellement en mieux. Cette crise du Covid 19 demande urgemment à notre civilisation de faire un bond social, environnemental et démocratique ? (qualitatif). Le conseil départemental, nous en sommes sûrs, a les moyens d’impulser ce bond en avant social pour les citoyen-nes girondin-es. Par exemple : pourquoi tolérer encore que des personnes soient jetées à la rue suite à une rupture de droits ?

De même la mise en place d’un revenu garanti inconditionnel à hauteur du Smic avec ou sans travail est clairement apparue comme une urgence absolue. A défaut une augmentation immédiate de tous les minima sociaux et notamment du RSA à hauteur de 1000 euros pour une personne seule – niveau du seuil de pauvreté et une attribution automatique de ces allocations aux personnes en précarité et sans ressources - serait une juste mesure à mettre en oeuvre rapidement

Vous avez probablement constaté comme nous que dans certains départements, le confinement a été positif concernant l’hébergement des SDF comme par exemple un retour à la sociabilité. Nous déplorons d’ailleurs qu’à Bordeaux tous n’aient pas eu cette chance. L’avenir nous surprendra sûrement par son humanisme solidaire !

L’épidémie de Covid 19 a le pouvoir de faire appliquer des revendications qui étaient considérées utopiques. Il nous reste à faire que la réalité temporaire de solidarité devienne définitive. En effet, il n’est plus l’heure de l’isolationnisme individuel d’un capitalisme prédateur (ancien). Il s’agit d’ouvrir une nouvelle séquence, période importante, qui nous invite à développer nos humanités afin d’évoluer vers un commun solidaire responsable de tout ce qui l’entoure. Et le conseil départemental peut en être un élément moteur.

Pour finir, il nous semble indispensable que le département fournisse aux plus démunis qu’il accompagne, les masques gratuits dont ils ont besoin. En effet, la charge financière du coût d’achat est bien trop élevée pour les maigres revenus des personnes vivant avec des minima sociaux.

Veuillez agréer Monsieur le président, notre considération distinguée,

Joëlle Moreau porte-parole d’AC ! National
Yves HeIlleur, président d’AC ! Gironde
Helene Paulais, Membre d’AC ! Gironde


Écoutez l’émission "AC ! Tonne" tous les mercredis à 17h sur La Clé des Ondes 90.10 Mhz