Son mandat est déjà un mandat de trop

mercredi 15 juillet 2020
par  AC ! RES

Sur un ton théâtral, lors de son allocution, en ce jour historique qui a sonné le glas de la monarchie et de ses privilèges, Macron se berce d’illusions.

Il se dit incompris tant sa politique est pertinente. Il adopte une posture, celle de Louis XV dit "le mal aimé". Là il lui faudra méditer.

Son intervention médiatique réaffirme, en fait, sa volonté de faire aboutir ses contre réformes. Il se donne six cents jours pour y parvenir tout en jugulant cette crise sanitaire et, pour rebondir sur le plan économique.

Pour cela il veut rendre le port du masque obligatoire pour mieux museler l’opinion. Il donne raison aux lobbys de l’industrie pharmaceutique. Il entretient la peur, ce climat ambiant et nauséabond que sont le contrôle, la sanction..., le regard de l’autre.

Mais ce qui est le plus inquiétant est cette "projection à dix ans" doublée de l’ idée d’une modification de la Constitution. En fait, le chef de l’état, en ce jour anniversaire de la Révolution française, lui qui détient tous les pouvoirs, ne compte agir qu’en raison de sa réélection en 2022.


Brèves

27 mai - Vautrin et les seniors

Avec les nouvelles conditions drastiques de l’accés à l’indemnisation chômage qui va mettre les (...)

25 septembre 2023 - Brève - Immigration

Les propos du pape sur l’immigration sont d’une tonalité qui demande plus que de la considération. (...)

25 mai 2023 - Où est la violence ?

Le chef de l’État, fidèle à sa sémantique particulière, invoque le terme "d’incivilisation" de la (...)

16 mai 2023 - 200 milliards d’euros d’aide aux entreprises...

200 milliards d’euros d’aide aux entreprises dixit Sophie Binet (CGT) sur RTL ce jour. Macron (...)