Tweet bandeau
   Accueil > La UNE > Une délégation d’AC ! reçu au QG de Lionel Jospin

Une délégation d’AC ! reçu au QG de Lionel Jospin

entretien avec JC Cambadélis

vendredi 22 mars 2002, par le réseau d’AC !

Une délégation d’AC ! était reçue ce jour au QG de campagne de Lionel Jospin par Jean Christophe CAMBADÉLIS, Jean Le GARREC et un de leur collaborateur.


« Nous n’allons pas augmenter constamment les minima sociaux  »
par Jean-Christophe Cambadélis

Nous avons résumé le bilan social de la mandature et ses insuffisances. Derrière la baisse momentanée du chômage, les inégalités se creusent pendant que des mesures comme la prime pour l’emploi vont jusqu’àexclure les chômeurs de leur attribution. L’adoption de la convention assurance chomâge dite « PARE  » dresse face aux chômeurs une véritable machine àradier et àprécariser l’emploi et le droit àla formation ; des lois comme la Loi de Sécurité Quotidienne (LSQ) prévoit l’incarcération pour les fraudeurs dans les transports en commun et tend ainsi àcriminaliser les pauvres. Nous avons également souligné l’absence totale d’ambition du programme du candidat Jospin. L’annonce du « zéro SDF  » ne se traduirait que par la création de 50 000 places d’hébergement d’urgence et quelques mesures floues en matière de cautionnement et de garanties locatives, loin du million de logements sociaux qu’il faudrait construire, et sans même prévoir d’appliquer la réquisition des logements vides pour garantir le droit au logement. L’annonce d’un projet de « contrat d’autonomie  » en direction des jeunes ne dit rien de ce que sera demain le sort des 400 000 jeunes chômeurs actuellement dépourvus d’allocation chômage et interdits d’accès au RMI et dont tout l’entretien laisse àpenser qu’ils devront continuer àdépendre de leur famille ou àaccepter n’importe quel emploi sous-payé.

On nous a répondu que le réformisme était une « politique des petits pas  », sans jamais réussir ànous fournir la loupe nécessaire àleur découverte. Interdire les 400 000 coupures d’électricité annuelles serait inconstitutionnel, quand bien même ces mesures causent-elles des morts ; plus généralement, l’éradication de la pauvreté ne pourrait faire l’objet du projet présidentiel, destiné, lui, àdéfinir de « grandes orientations  ». Sur la présence des chômeurs partout où se décide leur sort, les responsables socialistes se sont abrités derrière l’hostilité des partenaires sociaux. La gratuité des transports serait impossible. La lecture de la Constitution de 1958, qui stipule dans son préambule que « la société doit àchacun de ses membres des moyens convenables d’existence  », sur laquelle nous nous appuyons pour réclamer l’extension du droit au RMI dès l’age de 16 ans et une augmentation massive des minima sociaux a tout bonnement été jugée archéologique, JC CAMBADELIS protestant qu’il s’agirait làd’une vision de 1793. Le reste des réponses, lorsqu’il en fut donné, était àl’avenant.

Placés devant cette surdité et cette totale incompréhension des besoins et aspirations des salariés pauvres, des chômeurs et précaires, nous réclamons maintenant du candidat Jospin une audition publique destinée àconfronter démocratiquement nos revendications et ses projets.

Pour AC !, la délégation composée de Renée, Laurent et Claude.

  • AC ! - Agir ensemble contre le Chômage - 42 rue d’Avron - 75020 Paris - tél. : 01.43.73.36.57 - fax : 01.43.73.00.03 - email.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut