Tweet bandeau
   Accueil > La UNE > Le crime ne paie pas, le travail non plus : chômeurs morts ou en prison, ça (...)

Le crime ne paie pas, le travail non plus : chômeurs morts ou en prison, ça suffit !

... et tant d’autres misères infligées...

jeudi 16 septembre 2004, par le réseau d’AC !


Nous tenons àexprimer notre colère face àquatre affaires récentes, qui ont défrayé les différentes chroniques judiciaires et qui résument assez bien le sort réservé aux pauvres dans un pays où la répression ne cesse d’accompagner la misère.

  • Le 14 septembre, àla veille de la présentation du projet de cohésion sociale par Borloo, un homme de 52 ans est mort àNeuilly sur Seine, ayant choisi de se jeter par la fenêtre plutôt que d’affronter la police et les huissiers venus l’expulser de son logement.
  • A Auxerre, deux frères jumeaux ont été condamnés en comparution immédiate àquinze mois de prison dont huit ferme pour violence et séquestration sur le directeur adjoint de la DDTEFP [1] ;
    Les faits ? Lors de ce rendez-vous, ils pensaient trouver une aide pour créer leur entreprise : en fait, en application des dernières mesures gouvernementales contre les chômeurs de longue durée, on les menace de leur couper les allocation s’ils n’acceptent pas immédiatement des missions d’intérim. Ils survivaient péniblement, on les enfonce, ils craquent.
    Par communiqué le ministre Gérard Larcher, délégué aux relations du travail, avait souhaité une sanction exemplaire et promis de se montrer particulièrement attentif au délai du traitement judiciaire de la plainte déposée.
    Quel bel exemple d’indépendance de la justice vis àvis du pouvoir politique !
  • Dans le Nord, deux travailleurs licenciés de Métaleurop, sans proposition d’emploi, croulant sous les dettes commettent des vols sans violence sous la menace d’une arme factice pour nourrir leur famille : ils sont en détention préventive.
  • A Bourges, une jeune femme isolée sans ressources, contrainte de vivre sans électricité et sans carreaux àses fenêtres, est emprisonnée pour 6 mois et se voit retirer la garde de son enfant car selon les juges ce dernier serait traité avec indifférence.

Dans le quatrième pays le plus riche du monde, le gouvernement s’en donne àcÅ“ur joie sur les chômeurs et les plus démunis. Chaque jour des milliers d’ouvriers, d’employés pressés comme des citrons et exploités
par des entreprises pendant des années sont jetés sur le carreau sans rien.

Pour ceux qui craquent ou sont contraints àl’illégalité, la prison achèvera de les détruire.

Nous, chômeurs en lutte, confrontés sans cesse àla criminalisation de nos actions, réaffirmons notre solidarité avec ces précaires et notre volonté d’en finir avec ce système barbare qui broie chaque jour plus de vies humaines au nom du profit.

Contact presse :
Jean Luc Mauffrais - AC ! Auxerre _ Tél. : 03.86.46.57.44
mail.

Notes

[1Direction Départementale du Travail et de la Formation Professionnelle.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut