Revendications pour la gratuité réprimées en Allemagne

Allemagne
dimanche 16 janvier 2005
par  le réseau d’AC !

Cela fait environ trois ans que des campagnes politiques ont débuté dans certaines villes d’Allemagne afin de revendiquer la gratuité des transports publics ainsi que la gratuité de structures publiques comme les piscines. Il semble que ces revendications soient devenues une cible
pour le pouvoir en place puisque àquelques jours d’intervalle, deux villes, Berlin et Freiburg, ont été dans la ligne de mire et quelquEs activistEs en ont fait les frais.

A Berlin d’abord, le professeur Grottian qui avait participé àune manifestation/action en juin 2004 pour la gratuité des transports publics àberlin, s’est vu infligé une amende de 3 000 €uros. Cette action appelée « contrôlons les contrôleurs  » consistait àsuivre les
contrôleurs, qui officient en civil et ne se découvrent qu’une fois les portes de la rame fermées, et de prévenir les voyageurs de leur présence. Plus grave encore ce qui s’est passé à8 heures du matin le 8 décembre 2004 àFreiburg. Un appartement collectif de quatre personnes
engagées dans la campagne revendiquant la gratuité des transports et des structures publiques, a été l’objet d’une perquisition de la part de la police.

Celle-ci demandé par le juge Holm Ertelt avait pour objet de réquisitionner un exemplaire du tract « voyage gratuit pour toutEs  » ainsi que les ordinateurs et les disques durs. Ils sont accusés d’avoir appelé la population àcommettre des délits. Une fois de plus internet
est dans le colimateur, car le principal problème pour l’Etat semble être qu’ils aient appelé àdes actions depuis le site internet.

Le contexte général, n’est pas très réjouissant àFreiburg, où les activistEs en sont principalement réduit àdevoir adopter une attitude défensive : lutte pour la conservation de leur centre autonome KTS l’hiver dernier. Mais les attaques contre les campagnes revendiquant la gratuité semblent se répandre de l’autre côté du Rhin de manière
générale, et phénomène assez inquiétant àmon sens, il ne s’agit pas d’une répression de manifestations àl’aide de matraques mais d’une répression ciblée après coup et qui vient toucher les individus jusque chez eux. Reste enfin àsavoir si la portée d’une action politique se mesure àla répression qu’elle engendre...

correspondance de Marina.

- infos de Berlin.
- infos de Freiburg.


Commentaires