Le virus protéiforme du… néolibéralisme.

mercredi 14 avril

Le néolibéralisme, n’est pas un système, mais un concentré de voracités proliférantes, animées par l’idée du profit maximal, aveugle et écocide !

C’est pourquoi il est protéiforme et capable de muter de manière transversale dans presque toutes les situations.

C’est un véritable virus contre lequel nous n’avons pas encore trouvé de traitement, ni dégagé de vaccin, et face auquel notre imaginaire ne dispose pas, hélas, du bouclier, d’anticorps utiles à sa disparition.

Patrick Chamoiseau