Tweet bandeau
   Accueil > Revendications et droits > Assurance chômage > "Négociation" assurance chômage 2009 > A. La proposition MEDEF du 23 déc. 08 d’Accord national interprofessionnel</B> > Situation de l’assurance chômage au lendemain du 5 février

Situation de l’assurance chômage au lendemain du 5 février

vendredi 6 février 2009

La réponse n’est pas venue ce soir : le gouvernement pourrait donc accepter d’agréer l’accord CFDT-Patronat sur l’assurance chômage.


Différents sujets, également liés au droit àun revenu décent, sont annoncés àl’ordre du jour de la réunion convoquée le 18 février : l’amélioration de l’indemnisation du chômage partiel contre des facilités d’extension, la situation des salariés en fin de CDD non indemnisés par l’assurance chômage, les jeunes chômeurs toujours exclue du RMI/RMG-RSA par la loi…
Un financement d’1,4 milliards d’euros serait sur la table. C’est peu, et on espère cette somme plus sérieusement garantie que par les seuls remboursements attendus des banques !

Faute de décision politique, la procédure d’agrément prendra de toutes façons plusieurs semaines. Le délai durant lequel les partenaires sociaux peuvent faire valoir leur droit d’opposition, utilisé seulement par CGT et FO, se termine en début de semaine prochaine. Les organisations et personnes intéressées vont bientôt disposer de 15 jours pour « faire connaître leurs observations et avis au sujet de l’agrément envisagé  » suite àla publication de l’Avis au Journal officiel. Le gouvernement aura aussi àjustifier par écrits ses choix devant la Commission nationale de l’emploi.

La réunion du mercredi 18 février entre le Président et les Partenaires sociaux ne devrait pas pouvoir éviter le sujet.
La seule solution immédiate est d’allier cette contribution de l’Etat - dont le complément nécessaire reste àpréciser -, àl’ouverture rapide de négociations avec toutes les parties concernées pour la mise en œuvre d’une indemnisation décente de toutes les formes de chômage et de précarité.

La mobilisation unitaire du jeudi 29 janvier, celles en cours des salarié-es et des populations de Guadeloupe et de Martinique, àpeut-être instruit les plus sourds : il y avais déjàurgence sociale, nous ne voulons plus jamais payer pour leurs crises !

Paris, le 6 février 2009


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut