Tweet bandeau
   Accueil > La UNE > Travailleurs pauvres :

Travailleurs pauvres :

du SMIC horaire au RMA ?

mardi 15 octobre 2002, par le réseau d’AC !


Du discours de politique générale de Raffarin aux propos de Fillon aujourd’hui, les déclarations gouvernementales se succèdent qui promettent une « réforme  » du RMI. Il s’agirait de « mieux suivre  » des allocataires désormais traçables en décentralisant le dispositif tout en rebaptisant ce revenu minimum pour le conditionner àl’exercice d’une activité exploitable.

Contrairement àce qui est souvent dit pour minorer la population concernée, les allocataires des minima sociaux ne sont pas une regrettable exception mais une composante essentielle du salariat précarisé. Cette attaque contre le misérable RMI, déjàinterdit aux jeunes en raison de leur age !, vise àelle seule prés de deux millions de personnes dont la survie dépend de ce minimum. Elle s’ajoute aux menaces sur les annexes 8 et 10 de la Convention UNÉDIC, aux projets de restriction des allocations chômage, àl’offre aux employeurs de jeunes salariés au rabais, parmi la gamme des mesures de mise au travail sous payé et de contrôle social renforcé des chômeurs et précaires.

Pour estomper l’ambiance sécuritaire de ce projet, on affiche une visée d’équité et de régulation : « la raison principale de la crise économique et sociale  » résiderait selon Fillon, dans une intenable absence de hiérarchie entre les plus bas salaires et les revenus d’assistanat. Or, il faut le rappeler, un allocataire du RMI sur trois occupe déjàun ou plusieurs emplois précaires sur l’année, comme c’est également le cas pour un tiers des sans domiciles de France. Au moment où, pour flexibiliser les salariés, le temps de travail est annualisé partout, on fait mine d’oublier l’insoutenable condition vécue par ces salariés parmi les plus précaires. De fait, leur sort diffère peu de celui des « working poors  » américains, ici aussi l’ombre portée par la prison sur ces populations stigmatisées et discriminées s’étend dangereusement.

Ce pays s’enorgueillit d’une Constitution qui garantit àchaque membre de la société des « moyens convenables d’existence  » mais s’apprêterait àconfier àdes notables locaux la gestion de la mobilité des précaires dans l’emploi. Aux intérêts particuliers les plus égoïstes, piètrement dissimulés sous un vernis de philanthropie locale, seraient ainsi confiée une part accrue du droit social. Le clientélisme qui sévit déjàen matière d’attribution de logements HLM et d’action sociale depuis la décentralisation de 1983 aurait de beaux jours devant lui tandis que l’explosion de la précarité de l’emploi serait encore aggravée. Déjà, avec l’application du PARE, y compris parmi les chômeurs non indemnisés ou les allocataires RMI, les radiations de chômeurs ont augmenté de 100 % en un an.

Déjà, l’application de la loi de sécurité quotidienne (LSQ) contre les pratiques de gratuité des transports entraîne des condamnations y compris àdes peines de prison. Et on promet aux pauvres de créer contre eux le délit de « violation de propriété  ». Cette offensive moralisatrice défend une vision parfaitement policière de la sécurité et l’exigence de la mise au travail comme celle d’un rachat possible pour de coupables "assistés. Tout se passe comme si on cherchait àtester les capacités de résistance de la société sans s’attaquer frontalement aux « salariés garantis  », préférant expérimenter sur les chômeurs et précaires, les jeunes, les immigrés et les quartiers, une politique d’extension sans bornes du contrôle social. Il s’agit de réprimer, radier, humilier, sanctionner pour obliger àaccepter une dégradation des salaires et des conditions de travail.

Nous appelons les chômeurs et précaires, l’ensemble des salariés en poste, en formation ou au chômage àrésister contre ces orientations liberticides.

« Avec ou sans emploi, un revenu c’est un dà»  »

Contact presse : Eric Ducoing au 06.98.21.35.64.

  • AC ! - Agir ensemble contre le Chômage - 42 rue d’Avron - 75020 Paris - tél. : 01.43.73.36.57 - fax : 01.43.73.00.03 - email.

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut