Tweet bandeau
   Accueil > Actualités sociales > Les révoltées de l’ANPE > Appelez-moi "Maître"

Appelez-moi "Maître"

Suivi mensuel personnalisé

lundi 29 mai 2006, par Dominique

Comment je suis devenuE Maître ou Maîtresse d’une "cohorte" de précaires, de chômeurs/ses et aut’ prêtes-misères

(ou subsidiairement pourquoi je n’aime pas les chiens)


Moi, AgentE Anpe, me voilàen ce temps merveilleux du suivi mensuel, flanquéE d’un « portefeuille  » de « DE  » à« convoquer  » tous les mois.

Ainsi, toutes les 15 minutes, je récite le même chapelet d’imbécillités, saupoudrant mes phrases de ma plus belle hypocrisie pour y faire mousser le côté « personnalisé  ». Charpy dit, moi fonctionnaire j’obéis.

Alors une ou deux demi-journées par semaine, cadencé à15 minutes, je serre et resserre l’étau sur celui qui persiste àdemeurer chômeur.

Toutes les 15 minutes, le même ballet, gens assis-gens levés,
Toutes les 15 minutes, moi je balaie.

Pour celles et ceux que je vois pour la troisième fois, je sais que je peux désormais les compter comme « clientEs  » fidèles, et me constituer un « Â stock  » de permanentEs. Et àchaque fonds de commerce, son fonds... Il s’agit des réfractaires, des boiteux, des inclassables, des pas ou plus autonomes. Celles et ceux qu’on n’arrive pas àdissuader de s’inscrire et qu’on va « traîner  » pour longtemps. Des valeurs sà»res de notre « Â portefeuille  ».

Faudra donc entretenir, gérer, divertir... comme une meute, mais personnalisée.

Des devoirs d’école sont àinventer : combien d’offres par semaine, combien de visites àl’agence...( mettre 1 bâton).

Des itinéraires sont àdresser : aller àl’agence interim n°1, passer par la mairie, aller àl’agence interim n°2...

Et tous les mois, on se reverra, même gueule, même endroit.

Les unEs, aussi dociles qu’un chien -assis-levé (pas couché encore)-, les autres aussi autoritaires qu’un maître, maître de chiens, maître d’école, maître et ses serfs des temps modernes.

Moi agentE Anpe, me voilàdonc maître devenu au temps de la féodalité revenue.

Mais je réclame, aussi sympathique que vous et moi puissions être, le droit de ne pas aimer les chiens, leur aptitude àl’obéissance, leur soumission àl’humeur du maître.

Je réclame ne pas vouloir de collier pour qui et quoi que ce soit...

et je le dis haut et fort, car méfiance chèrEs conseillèrEs, Charpy vient de nous donner la laisse.

Dominique, UnE agentE RévoltéE


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut