Tweet bandeau
   Accueil > Actualités et contacts des collectifs > Gironde > Virons SARKOZY !

Virons SARKOZY !

mercredi 25 avril 2012, par AC ! Gironde


La droite, incapable contre le chômage, relance la haine, la « chasse aux chômeurs  », présentés comme les
nouveaux bouc émissaire, après les roms, les immigrés ( quelle groupe social sera le suivant ?)
Ceux qui nous gouvernent, Sarkozy et ses sbires de la « communication  », essayent de masquer leur triste
bilan en matière d’emploi, de lutte contre le chômage et de « pouvoir d’achat ». Ils manipulent les chiffres alors que le chômage et la précarité ne cessent d’augmenter avec leur lot de pauvreté et de misère que l’on croise àtous les coins de rue et qui se cache au fond des campagnes ou en périphérie urbaine..

Personne n’est dupe, ils préparent l’échéance électorale du 6 mai 2012 en draguant les électeurs du F.N. Et déjàils stigmatisent les privé(e)s d’emploi, les précaires et tous les « sans  ».

La réalité : Depuis 2007 c’est 1 200 000 chômeurs de plus ! IIs ne veulent pas lutter contre le chômage, ils l’ont provoqué ! Cela fait partie du projet libéral

Ils veulent franchir une dernière étape : obliger le peuple àtravailler pour des clopinettes. On n’en est plus à« travailler plus pour gagner plus  », ni àsurvivre avec la charité du RSA ; il va falloir accepter n’importe quel boulot, àn’importe quelles conditions. C’est ce qu’ils osent appeler le « travail citoyen  » déjàen application ou en projet dans plusieurs pays d’Europe (Allemagne, Angleterre, Hollande), et ce, bien-sur en plus des plans d’austérité !!

Le travail gratuit et le travail obligé voilàl’enjeu du 1er mai 2012 de Sarkozy

Pour en sortir il y a des solutions :

- Donner àtoutes et tous les moyens de vivre et non de survivre : avec ou sans emploi, pas de revenu inférieur au SMIC revalorisé.

- Non àla stigmatisation des chômeurs et des immigrés, aux contrôles, radiations, sanctions, àtoute forme de travail contraint ou forcé.

- Réduction massive et partage du temps de travail entre toutes et tous.

- Création massive d’emplois pour un développement durable, pour des services publics àla hauteur des besoins sociaux.

AC ! n’est pas, et n’a pas àse substituer aux organisations politiques.

Il n’empêche, nous déplorons la dispersion de celles et de ceux qui veulent en finir avec les ravages du capitalisme néo-libéral. Que toutes les forces politiques, syndicales, associatives et citoyennes s’unissent dans la rue et dans les urnes pour en finir avec la casse sociale de ces dernières décennies, pour le droit àl’emploi et àdes moyens convenables d’existence pour un niveau de vie suffisant (inscrit dans la Constitution française, la Déclaration universelle des droits de l’homme mais non dans le Traité de Lisbonne...)

AC ! réaffirme aussi àl’occasion de ce premier mai sa solidarité internationale avec tous les peuple s en lutte contre leurs tyrans ! Contre le chômage, « on a tout essayé...  » ?


Sauf la seule mesure réellement efficace : la réduction du temps de travail !

Les faits sont têtus !

Depuis des années la croissance du chômage est inexorable.
- 5 millions de personnes totalement sans emploi, ou qui survivent avec un boulot précaire.
- 8,2 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté (954€) et près de 100 millions en Europe !
L’Europe libérale c’est officiellement 10% de chômeurs mais 25 à30 % si on l’élargit aux précaires

Répudier la « Â valeur travail  » pour enrichir la vie.

En 1870, les salariés travaillaient 2 864 heures par an contre 1610 heures en 1988 ! . Cette tendance àla diminution du temps de travail est générale dans tous les pays développés, et pour une production croissante (mesurée par le PIB .) On ne peut pas expliquer l’augmentation du chômage uniquement par la mondialisation et les délocalisations. C’est surtout les tenants du système économique qui refusent de répartir les gains de productivité et les bénéfices en qualité et moyens de vie : RTT et revenus décents.

Le temps libre enrichit la vie !

C’est l’ensemble des temps sociaux qu’il faut examiner, pour nous diriger vers une vie qualitative et porteuse de sens. La RTT est un facteur d’émancipation et de gains sociaux. Elle n’est pas séparable d’une perspective de décroissance, d’un « Â alter-développement  ». Il nous faut repenser la valeur travail pour enrichir la vie ! Une économie « Â Ã©conome  », orientée vers la production de valeur d’usage durable devrait permettre de travailler (beaucoup) moins. La création de véritables emplois d’utilité écologique et sociale pour permettre une distribution moins inégalitaire des revenus.

Ne pas opposer travailleurs et chômeurs !

La société du productivisme capitaliste rend notre société malade et de plus en plus mortifère. Nous avons d’un côté les exténués du boulot, mis dans l’incapacité d’atteindre les objectifs assignés ce qui engendre stress, dépressions, suicide… de l’autre, dans la survie, les chômeurs et précaires décrétés « Â surnuméraires  » et inutiles au monde. Même dans le contexte de pauvreté et d’endettement où d’innombrables actifs sont sans domicile fixe, cette communication d’intox est électoralement payante. Elle ne remet pas en cause le capitalisme productiviste.

Le capitalisme gouverne par la peur, et « Â manage  » par le stress, l’inquiétude du lendemain !

Cette violence est profitable àla bourgeoisie (actionnaire). Elle fait de la crainte du lendemain une menace efficace sur les travailleurs et le droit du travail. L’idéologie du travail n’est plus d’époque, il importe de décoloniser les imaginaires politiques. La question du mode d’emploi de la vie est la question qui compte.

Les 32 h tout de suite ! « Â Ne plus perdre sa vie àla gagner  »

Cela suppose de réduire l’empreinte de la nécessité du travail. Il n’y a pas de problème de production quantitative, mais un problème de répartition : le PIB 2012 est sensiblement de 2 000 Milliards, le gâteau est assez gros ! Mais qui tient le couteau ? Qui distribuent les tranches ?

Un revenu, c’est un dà»,Un emploi, c’est un droit !  » Nous exigeons de travailler moins, pour travailler toutes et tous.

La semaine de 32 h, (4 jours) doit être rapidement instaurée. Avec, bien sà»r, la création d’emplois pérennes en CDI et sans diminution des salaires. Rétablissement des cotisations sociales sur les heures supplémentaires ! Dans une phase de transition (vers le plein emploi), les allocations chômage et les minima sociaux, les retraites inférieures au SMIC, devraient être revalorisées, de même que le SMIC.
Dans tous les cas la RTT reste l’horizon indépassable d’une politique d’émancipation.
La société que nous voulons doit partager des richesses et ne doit ni exclure ni stigmatiser les plus pauvres !

Chômeurs, Chômeuses, Précaires : Ne te trompe pas d’ennemi !

PDF - 219.9 ko

P.-S.

Écoutez l’émission "AC ! Tonne" tous les mercredis à17h sur La Clé des Ondes 90.10 Mhz


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Hébergé par: OVH | Contact | Haut